Togo, et bientôt, les anges dans nos campagnes

Étiquettes
30 décembre 2019

Togo, et bientôt, les anges dans nos campagnes

Je sais ! Noël est passé mais cette chanson d’anges et probablement sans grands démons va prendre un autre sens bientôt au Togo. L’année 2020 est une année électorale, et qui dit année électorale dit Campagne. Champagne ! A sabrer ou à sabler avant même les résultats puisqu’on imagine, à moins d’un miracle non-souhaité, qui va gagner. And the winner is … !

Ceci dit, je voudrais faire un petit arrêt sur les campagnes électorales à la Togolaise, voire à l’Africaine puisque les similitudes doivent être légions d’un pays à l’autre. Tous ceux qui se sont vus confiés un mandat législatif, ou présidentiel attendent la dernière année, parfois les derniers mois d’avant la présidentielle, pour aller faire la danse du ventre et aguicher les populations rurales. Et fait surprenant; ça marche. A tous les coups.

Vous ne le savez que trop; la grande disparité en Afrique, entre la ville et la campagne subsaharienne profite bien aux politiciens. Il est plus facile d’obtenir le vote d’un habitant de la campagne en lui offrant un t-shirt et une casquette à votre effigie. En ville, c’est moins évident, beaucoup moins évident. Les périodes de campagne sont des périodes de faste où l’on fait ripaille, avant de se saper dans les plus beaux t-shirts et de casquettes à forts messages politiques (j’aurais pu faire Faure Message Politique, mais comme je me soigne…). Le t-shirt politique devient vite un habit du dimanche très prisé, dieu le père se voyant imposé, sinon évangélisé par le discours de propagande du parti. Ailleurs, le nombre de compétitions de foot croît inexorablement, les dons de kit scolaires etc.

J’aime raconter avec un sourire en coin, cette anecdote sur les dons de médicaments aux populations villageoises. La meilleure recette, c’est d’organiser une cérémonie de réception de dons de médicaments sur la place publique du village. Le candidat ou son représentant vient faire du personal branding, il coupe les scellés d’une boîte remplie de médicaments, tout le monde applaudi, on danse, on chante etc. La nuit venue, on vient sortir discrètement les médicaments de la case où ils sont stockés, puis on les emballe pour les convoyer vers un autre village où la même cérémonie de don sera reproduite le lendemain. Pour le parti, l’objectif est atteint : des caméras de télévision qui ont filmé plusieurs dons de médicaments… Les villageois peuvent mourir après, on reviendra voir ceux qui sont vivants… dans cinq ans.

Aujourd’hui les choses ont bien changé et ces habitudes se sont étiolées avec le temps, parce que même au village, on commence par distinguer le vrai du faux. Les t-shirts, casquettes, et autres gadgets jusqu’aux téléphones portables restent bel et bien des propriétés des consciences achetées.

Aujourd’hui, la meilleure manière de faire les yeux doux à l’électeur est de lancer de grands travaux : construction de route, de bâtiments publics etc. A Lomé ces derniers jours, il est renversant de voir à quel point les chantiers poussent. Votez pour nous, on va vous construire des infrastructures, la preuve, regardez, on a déjà commencé. Après les élections, s’ils ne sont pas tous devenus des éléphants blancs… En tout cas nous observons. Nous aurons mal mais nous ne pouvons rien faire, dixit Patrice Talon.

Au Togo, le mandat Faure by Four ou Four by Faure est dans les starting-blocks. La présidentielle se tient en Janvier prochain. Au vu de la montagne de défis qui s’amoncellent sur leurs routes, les hommes du pouvoir veulent aller vite, ils se sont levés tôt pour se mettre à courir. Vient alors la question : Sont-ils partis à point ?

Quand il n’y a plus d’enjeu, comme c’est le cas au Togo, on peut voir apparaître quelques candidats outsider se présentant contre le bulldozer national avec l’envie de se faire écraser aux élections. Une sorte de candidature kamikaze quoi ! Quel intérêt d’aller se faire péter la gueule si on sait à l’avance qu’on va perdre largement contre le candidat du pouvoir ? Bah c’est à dire que normalement chaque candidat perçoit du financement pour sa campagne présidentielle. Et comme il n’est pas obligé de tout dépenser…

Partagez

Commentaires