Les Toofan ne sont pas des artistes citoyens

AVANT-SCRIPTUM (c’est comme un post-scriptum mais qui fait d’office d’avant-propos)…

Ces temps-ci, j’ai rien de spécial à écrire. Les sujets à développer en billets sur mon blog m’ennuient… même la phrase SUJETS à DEVELOPPER en BILLETS sur MON BLOG me gave… C’est la traversée du désert… le syndrome de la feuille blanche… malgré quelques weekends passés nus dans un appartement quasi-nu avec une femme à demi-nue et deux couverts, et un matelas au sol… cela ne s’arrange pas. Tiens, un bon sujet, peut-être en parlerai-je… du pornblog ? blogporn? enfin, on verra…

FIN DE L’AVANT SCRIPTUM…

Au cours de la soirée du jeudi 02 juin de l’an de grâce 2016, nous hominidés (mon collègue et moi) de la famille des carnivorus atypicus affamus, donc souffrant d’une faim inhabituelle et atypique, nous nous rendîmes à Shell Shop, une boutique de viande et de bière, vendant accessoirement du carburant pour engins motorisés. L’objectif est des plus simples, remplir une fonction primaire bien connue chez l’homme : manger, mastiquer, machouiller, broyer, gober et avaler des tranches de saucisses, ressemblant étrangement à un objet qui pend entre nos jambes.

Alors que nous commandâmes le premier paquet de saucisse, un individu du nom d’artiste Master Just, arrivé juste après nous, bouscula l’ordre mondial du « premier venu, premier servi », ramenant sa clique d’australopithèques mal sapés pour s’installer et manger notre commande, puis une deuxième ; après laquelle finalement arriva la nôtre. Pour les beaux yeux (ou bof… c’est que des yeux après tout) d’un Toofan, nous eûmes patienté, gargouillis au ventre. En foi de quoi, je me venge sur mon blog afin de servir et valoir ce que de droit.

Je voudrais préciser que tirer sur les Toofan est tout de même habituel. Ils sont des hommes publics qui ont accepté le lot de la célébrité avec les salissures en option. Le panier d’excréments dont on leur couvre la tête de temps à autres, est inévitable dans leur monde. L’argent n’a pas d’odeur, la célébrité non plus. Ils sont loin d’être des pionniers sur ce terrain.

Pourquoi les Toofan ne sont pas assez citoyens ?

à mon humble avis? mon avis sera-t-il d’ailleurs humble quand je vais le développer?

– D’abord TOOFAN (si vous ne les connaissez pas encore), c’est le nom d’un groupe de chanteurs Togolais plus très jeunes, des espèces de fleurs flétries, jeunes damoiseaux desséchés, jeunes pousses mal plantées, pépinières mal arrosées (leur métier fait vite et mal vieillir)… Ambianceurs africains de renom (nous dit-on). Et par amour pour la médiocrité musicale, des jeunes dix ans moins vieux qu’eux en général vont en boîte pour danser sur leur musique agitée et leurs paroles dépourvues de sens… Leur texte semble avoir été écrit par et pour des personnes perturbées.

toofan

– POURQUOI CITOYENS ? Les Toofan ne rendent pas de grand service à la communauté. Généralement leur apport communautaire se limite à faire brailler leurs chansons par les bars de nos quartiers. C’est un suicide sonore qui s’impose à mon âme de salaud… Et ma seule solution, c’est boire seul dans ma chambre pour bien m’enfoncer dans mon foutu matelas déchiré, 15 ans d’âge, et dormir d’ivresse… La volonté de conservation… que voulez-vous ?

Dans leur dernier clip, « ELEDJI », les créateurs de la déjà défunte danse, le GWETA, font la part belle aux enfants.

Les marmots improvisent à l’écran une scénette inutile au tout début de la vidéo. Seulement, l’ignoble se produit. C’est assimilable à un faux-raccord (jargon cinématographique). L’un des enfants a une tête dégueulasse. Elle arbore trois foyers circulaires d’une teigne répugnante  dans le plan. Je me suis donné la peine de faire une capture d’écran 😎😎.

vlcsnap-2735-01-06-03h42m40s953

(Pour avoir raté l’atelier photo de Melissa et Manon, à la dernière formation mondoblog,

souffrez de cliquer sur l’image pour voir les plaques arrondies et poudrées en blanc, dans les cheveux de l’enfant-victime des TOOFAN). 

 Ne dit-on pas qu’une photo dénoncée est à moitié corrigée ?  😅😅

Pourquoi abandonner aux yeux du monde un enfant aux cheveux teigneux ?

Oui, d’accord le Réalisateur du clip a choisi un décor rustique. Il en a fait ressortir une certaine esthétique avec ses caméras HD. Des cadreurs jusqu’au directeur artistique  personne n’a pris la peine d’éviter ce faux-raccord d’enfant dont les cheveux sont rongés par la maladie. Ils exposent le pauvre aux yeux du monde, jetant opprobre et discrédit sur sa tendre enfance, foulant au pied le peu de dignité capillaire qui lui restait. Les Toofan et producteurs associés n’ont-ils pas pensé à l’avenir de ce jeune ? Que ressentira ce dernier dans quelques années quand il se reverra avec une dermatophyte ayant élue domicile dans ses chevelure dégarnie. Passer sous silence la maladie de ce pauvre enfant c’est mettre la teigne dans ses cheveux sous éteignoir.

A la vérité, les Toofan n’ont pas eu de contact avec le pauvre enfant sélectionné au jugé dans la marmaille du village. Derrière un tournage de clip vidéo, se cachent deux petites stars pressées qui viennent faire ce que le réalisateur demande en deux trois prises avant de re-disparaître. Le droit des enfants probablement exploités et presque en même temps oubliés, ça ne connaît pas les Toofan.

Trop souvent, nos stars togolaises, voire africaines, droguées au succès inattendu, mal préparés à la célébrité, enfouissent leur humanité bien loin en elles. Leur agenda est fait  de promenades nocturnes, virées en boîtes de nuits et autres fêtes privées ; là où toutes les étapes du vice sont franchies. Pas d’action, pas d’entreprise citoyenne en dons aux populations ou même aux enfants… Ils les prennent avec leur misère, et exploitent leur image sans grande contrepartie. Dans ce monde de paillettes, fourrures, strass et autres bricoles brillantes et affriolantes, les personnalités frivoles arborent des comportements en pacotilles. Ils se répandent en petitesses et bassesses… Poussant l’indélicatesse jusqu’à exposer la maladie d’un enfant désœuvré entre deux tours de hanches et autres gesticulations inutiles et inappropriées. Aujourd’hui, le Togo n’est pas à citer en exemple dans bien de secteurs. Et Toofan vient d’apporter sa belle contribution teigneuse à cet état de fait. Ils sont enfoncés en plein ridicule et en pleine imbécillité.

Pour ceux qui auront lu Roméo et Juliette, cette dernière phrase retouchée par mes petits soins vous amusera t-elle peut-être – elle est de Mercutio :

« Messieurs, la Teigne soit de vos deux maisons » !!

« Elle a fait de l’enfant, de la viande pour votre vermine »!!

The following two tabs change content below.
Eteh Komla ADZIMAHE
Le méchant qui se repose. Ecrivant à l'envi et par envie. Sujets où relever un peu de bêtise humaine. Retourner le fumier dans la terre pour obtenir de belles récoltes.
Eteh Komla ADZIMAHE

Derniers articles parEteh Komla ADZIMAHE (voir tous)

Eteh Komla ADZIMAHE Écrit par :

Le méchant qui se repose. Ecrivant à l'envi et par envie. Sujets où relever un peu de bêtise humaine. Retourner le fumier dans la terre pour obtenir de belles récoltes.

24 commentaires

  1. 9 juillet 2016
    Répondre

    J’ai bien aimé mon cher Eteh, un style relaxe, sensuel avec une pincée d’humour.

    • Merci cher Hara Kiri, (ça fait tout bizarre de dire ça). D’ailleurs, la question qui me vient à l’esprit : C’est toi que je vais me faire si j’ai envie de me faire violence ? un juste retour des choses quand on pense à l’expression « se faire Hara Kiri ». Mais d’ici-là, point de crainte si tu es du même « genre » masculin que moi… je suis hermétique au charme masculin.

  2. willfonkam
    9 juillet 2016
    Répondre

    Comme quoi, il ne faut surtout pas priver un Salaud, fut-il Lumineux, de son repas. Les conséquences sont… d’excellents billets postés sur son blog 🙂 .
    Au delà du fou-rire que j’ai eu en te lisant, et de ta vengeance que j’espère non assouvie (pour que d’autres billets comme celui-ci en soient inspirés), le problème que tu poses est presque général. Les jeunes artistes, qui pourtant servent de modèles à plusieurs, ont un comportement tout sauf exemplaire. Il y a quelques heures, on me parlait d’un post que Maalhox a fait sur son mur facebook où il insultait les mères des personnes qui lui font des critiques.

    • Ah chère frère, ne dit-on pas que la faim justifie les moyens… Quant aux artistes, leur prestation sont en deçà de leur capacité à nuire aux fans. La vie artistes-fans est ainsi faite…

  3. Efycacement
    9 juillet 2016
    Répondre

    Ta plume est très originale.. J’ai adorée !/haha

    • Eteh Komla ADZIMAHE
      10 juillet 2016
      Répondre

      Merci d’avoir fait haha ! Be Prepared ! il y aura encore du sang sur la piste bientôt… ça va saigner

  4. 10 juillet 2016
    Répondre

    Un salaud vraiment lumineux. J’ai adoré l’article. Serait-ce possible de m’abonner à tes Newsletter histoire d’être notifier aux prochaines bêtises que t’inspirera ton quotidien ?

    • Eteh Komla ADZIMAHE
      10 juillet 2016
      Répondre

      Merci d’avoir aimé Paul – Bernard. Je vais faire des efforts pour comprendre cette affaire de newsletters. Malgré une solide formation d’Ingénieur en Réseaux Télécoms, je n’ai jamais pu configurer ce truc là. Honte à moi. Qu’est-ce un salaud, sinon un honteux paresseux qui aime déléguer le paramétrage de son blog à d’autres. ça doit être mon côté Patron ?

  5. Guy Muyembe
    10 juillet 2016
    Répondre

    Ah ! Cher salaud, si ta voix pouvait porter plus loin que ça. Merde ! Et surtout honte à ces deux mecs dont j’ai eu à me déhancher sur un de leur tubes.

    • Eteh Komla ADZIMAHE
      10 juillet 2016
      Répondre

      ah mon frère Guy, ils sont comme toutes les petites célébrités à deux sous là… ils emballent tout le monde, mais en fait ils ne sont que ce que nous sommes. Sinon même un peu moins des fois…

  6. benedicta
    Bénédicta
    10 juillet 2016
    Répondre

    Peu de gens ont le courage de critiquer publiquement nos soi-disant artistes pour leur comportement de « people »… merci pour ce fou rire dominical!!!!

    • Eteh Komla ADZIMAHE
      10 juillet 2016
      Répondre

      Ravi de te savoir Rieuse, et probablement Radieuse avec… je m’emploierai à récidiver, juste pour te savoir re-rieuse…

    • Eteh Komla ADZIMAHE
      10 juillet 2016
      Répondre

      Je n’avais pas beaucoup d’amour pour les toofans. Je ne suis même pas Onefan… mais qu’ils viennent en plus manger la saucisse que moi j’ai commandé pendant que je fais le pied de grue, l’estomac dans les talons ? ekie !

  7. 11 juillet 2016
    Répondre

    L’art subtile de dénoncer et faire un vibrant plaidoyer afin que les mœurs avancent d’un pas dans la bonne direction. Encore faudrait-il que nous soyons d’équerre sur la direction à prendre. Merci pour l’article.

    • Eteh Komla ADZIMAHE
      12 juillet 2016
      Répondre

      Etre d’équerre sur la direction à prendre… je suis admiratif devant l’expression. Je l’intègre au dictionnaire d’expressions dans mon cerveau pour dormir moins bête ce soir. si vous arrivez à me sortir une autre expression avec le compas, je suis toujours preneur… avec un peu de chance, l’équerre et le compas faisant bon ménage dans certaines sociétés pas si secrètes finalement…

  8. Eli
    11 juillet 2016
    Répondre

    Pour une vengeance le salaud n’y est pas allé du dos de la cuillère hein! Et dire que j’avais aperçu à Lomé un cliché des Toofan en pleine action sociale trônant dans les locaux de l’Unicef elle même! Quelle imposture!

    • Eteh Komla ADZIMAHE
      12 juillet 2016
      Répondre

      En pleine action sociale pour UNICEF, et non pour Toofan lui-même. Une imposture de haut vol (j’invente l’expression)… Au demeurant, leur aîné King Mensah a ouvert un orphelinat… ils auraient pu recruter des enfants pour leur clip chez lui pour commencer non ? Il leur parlera lors du travail des enfants… hum… « je suis enfant et j’ai aussi mes droiiiiiiiiits… » (oups, j’ai commencé par rédiger un autre article)

  9. Serial Hacker
    11 juillet 2016
    Répondre

    Ouais moi ce que j’en pense… C’est vrai que l’auteur de l’article précise qu’il l’écrit à titre vindicatif mais bon… J’espérais trouver plus de matiere a critiquer qu’une « tache grise » dont rien ne prouve la nature et encore moins l’origine. Meme en faisant abstraction de quelques fautes d’ortographes, d’expression et de concordance des temps apparement délibérées pour certaines (probablement pour masquer les autres) il arrive un point ou on se rend compte que le chroniqueur ne cherche qu’à divertir peu importe les ânneries qu’il doit écrire pour cela. Triste! C’est encore plus triste quand dans les commentaires on se rend compte que certains internautes considèrent « ca » (j’ai pas trouvé de nom qui aille) comme une « critique ouverte » des « stars » et de leurs comportements.
    D’abord le premier « faux raccord » de cet article peu objectif est la décision unilatérale de son auteur de faire passer une tache pour autre chose qu’une tache.
    Ensuite (et là je cite l’auteur) parait que « Les Toofan ne rendent pas de grand service à la communauté. Généralement leur apport communautaire se limite à faire brailler leurs chansons par les bars de nos quartiers ». Franchement jcrois qu’il décrit tous les artistes togolais (voire africains) non? Que dire des rappeurs togolais qui font chanson d’un tissu d’obsénités et de paroles violentes? C’est vrai que les toofan ne se baladent pas dans les hopitaux pour distribuer l’argent qu’ils ont gagné grâce à leur métier (eh oui le « salaud lumineux » c’en est un!) à des orphelins tétraplégiques et trisomiques atteints de cardiomyopathie congénitale (j’ai dit n’importe quoi mais je crois que l’auteur sait ce que c’est) mais ils font beaucoup pour la musique togolaise et ca compte! Ne serait-ce qu’en aidant les jeunes artistes à promouvoir leurs oeuvres hors de nos frontières (et ils le font) c’est déjà énorme non? Peu importent les absurdités (sensées ou non) qu’ils racontent dans leurs chansons leur simple notoriété transfrontalière (qu’ils ont acquise avec ces mêmes chansons) a un effet plus que positif sur l’évolution de la musique togolaise. D’autant plus que je crois savoir que dans leurs chansons (la majorite en tout cas) ils revendiquent clairement leur origine togolaise (un truc comme « ici c’est togo » ou « ici c’est 228 » je crois). Si ca c’est pas un acte de patriotisme ou de civisme (même tout petit) je sais pas ce que c’est.
    Le dernier point que je tiens (très fort) à aborder est que je ne suis pas fan des toofan (en fait ils m’indifèrent au plus haut point). J’irai même jusqu’a dire que je déteste leurs chansons qui n’ont d’ailleurs aucun sens pour moi qui comprend pas éwé ou mina (allez savoir la différence). Néanmoins il y a un proverbe (dont l’origine m’est inconnue) qui dit « si tu ne peux attrapper une gazelle, admire au moins sa course ». Indépendament du fait que je n’apprécie pas ce groupe, il y a toute une jeunesse qui en a fait ses idoles et ca ni le « salaud lumineux » ni moi n’y pouvons rien (même un millier d’articles n’y changeront pas grand chose). Par contre si les faits du jeudi 2 juin se sont déroulés tels que décrits par l’auteur de cet article je trouve un tel comportement SCANDALEUX. Mais c’est pas assez pour nier, fouler du pied ou même ignorer délibérément tout ce qu’ils font pour la communauté musicale togolaise.

    Je termine en soulignant (une fois de plus) ma deception parce que je m’attendais à lire au moins un article drôle ou divertissant mais je n’ai rien trouve de tel. Pour moi cet article s’apparente plus à de la diffamation (et je dis pas que c’en est!) qu’à une parodie. En effet joliement étoffé de tournures alambiquées pour la forme, cet article est pour moi aussi creux que les chansons des artistes dont il fait sujet dans son fond (profond lol). Mais bon. Laissons les salauds être des salauds et des stars faire scandale.

    • Eteh Komla ADZIMAHE
      12 juillet 2016
      Répondre

      ok, brillant apport… d’abord si ce blog s’appelle salaud lumineux, c’est qu’il arrivera des moments où l’auteur tout aussi salaud tapera sur tout ce qui ne lui plaît pas… c’est un point de vue personnel qu’il exprime sur sa page et cela lui permet même de mieux dormir le soir… le billet est creux?? ok soit ! mais il ne diffame en rien les artistes. Ces mecs n’ont pas saupoudré de la cocaîne (kr kr kr ) ou de la farine de maïs sur la tête de ce pauvre enfant pour faire croire qu’il avait une teigne… Personne n’a jamais trouvé joli une maladie ou une fausse maladie dans les cheveux d’un enfant… Tu noies le poisson cher semblable… cher frère critique.

      Merci d’avoir dit qu’il y avait des tournures alambiqués qui ont joliment étoffé l’article… c’est comme du fumier qu’on retourne dans la terre pour avoir de bonnes récoltes ? hein ?

      Enfin pour le faux-raccord, désolé pour l’expression, je l’ai vraiment loupé… Un salaud qui reconnaît ses fautes est un salaud absout ?

  10. Vénavito
    12 juillet 2016
    Répondre

    Hilarant ! Un style incendiaire et cynique comme on les aime !
    Cependant l’expression faux-raccord a été mal utilisée. Il y en aurai si par exemple, le marmot à la tête je site, dégueulasse, avait arboré je site encore, ses trois foyers de teigne répugnante dans une scène et que dans la scène d’après, il n’y a plus rien genre effet Head and Shoulders. Cela voudrai dire que le réalisateur s’est rendu compte que l’enfant avait la tête en vrac et a vite corrigé le tir avant de continuer à tourner mais qu’il avait aussi la flemme de reprendre tout depuis le début pour cacher la misère du petit.
    Et c’est ce qui m’amène à ma deuxième remarque ; en quoi est-ce un mal ou en quoi cela fait des Toofans des artistes non citoyens ? En quoi est ce que le fait de prendre un gosse à la tête pleigne (contraction de pleine de teigne) fait des Toofans des monstres de célébrités dépourvues d’humanité ? Aurai t il fallut qu’on lui colle des postiches sur ses zones dégarnies pour faire mieux à l’écran ? Ou qu’on lui dise « euh… toi tu ne peux pas danser dans notre clip, motif : ta tête pleigne » ? Si l’enfant en question est représentatif du milieu dans lequel le clip est tourné, clip dont le titre Elédji – (la main) en l’air – a priori est supposé redonner de l’espoir aux démunis, alors pourquoi faire des retouches ?
    A mon avis, vos arguments desservent votre raisonnement dans la mesure où et dans le cas où le réalisateur aurai délibérément laissé les teignes de cet enfant visibles, cela ne ferai que prouver qu’il ne fait pas (que) dans le cosmétique et montre la réalité du monde qui nous entoure. Je rappelle qu’on a tous crié dans ce pays lorsque pendant la campagne présidentielle de 2015, un certain candidat (dont je tairai le nom) a posé avec des élèves (supposés) d’écoles publiques mais qui n’en avaient pas exactement la tête.
    Est-ce que les droits des enfants (des figurants en général) sont respectés au cours des tournages ? Ça c’est un autre débat et on peut en discuter … mais je pense que si cet enfant revois cette vidéo dans quelles que années, il ne se dira pas qu’on a exposé sa misère capillaire (ce qu’on a sur la tête et même la forme de nos têtes relève du domaine public). A moins qu’il ne renie ses origines modestes, il s’en souviendra non sans nostalgie et remerciera le ciel d’avoir fait du chemin depuis (tout ce qu’on lui souhaite).
    Pour finir je ne suis pas particulièrement fan des Toofans (ce qui ne veut pas non plus dire que je ne bouge pas la tête sur leurs sons hein !). En revanche dire que « Leur texte semble avoir été écrit par et pour des personnes perturbées. » me semble être un peu gratuit et totalement subjectif. Mais bon… j’imagine que c’est le but d’un blogueur nommé le salopard lumineux (???). Ce n’est pas ce que j’appellerai jeter un pavé dans la marre mais plutôt sur une vitre pour faire des éclats et un peu de bruit. Ceci dit, mon analyse pourrait être biaisé… mes gosses adorent cette chanson 😉
    PS : Si vous avez été servi en PS, Post Star (après la star) ne vous en prenez pas à la star, plaignez-vous plutôt du serveur.

    • Eteh Komla ADZIMAHE
      12 juillet 2016
      Répondre

      Bon, j’avais envie de me payer la tête d’un Toofan qui a bouffé mes saucisses. Where is the problem (rire)… cette critique est tout de même hautement constructive. Je fais mon mea culpa pour l’expression faux-raccord. Je m’en veux, j’allumerai des cierges s’il le faut, et confesserai mes fautes de français à l’académie française (ont-ils des prélats?)… Que voulez-vous, j’étais passionné, je me suis laissé aller à la faute…
      C’est surtout bien d’avoir exprimé ce que tu penses… bof, moi j’ai déjà jeté le pavé sur la vitre et fais des éclats, vive-moi ! Mais pardon, plus de pleigne (j’ai adoré le mot) sur la tête d’un enfant qui passe devant la caméra. C’est une maladie, c’est une tare, ce n’est pas comme s’il est normal dans son milieu de porter une teigne sur la tête. En 2016, ça se soigne.

  11. renaudoss
    17 juillet 2016
    Répondre

    Aoh, le carnage! Tout ça pour des sauciesses. MDR
    Ma frwère, dire que tout ça aurait pu se régler avec un simple respect du principe « premier arrivé premier servi ». trop de violence en ce monde cruel, entre les mains d’un brillants salaud.

    • Eteh Komla ADZIMAHE
      18 juillet 2016
      Répondre

      au regard de la date des faits et méfaits ci-dessus relatés, tu pourras d’ailleurs reconnaître très cher, que je me suis longuement retenu avant de me lâcher. En même temps, plus on se retient, plus l’orgasme est…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *