Adebayor, le Capitaine pas cap de rendre son brassard

Étiquettes

Adebayor, le Capitaine pas cap de rendre son brassard

Les dernières frasques de l’attaquant togolais agacent au pays des Éperviers. Au point d’entretenir le rêve de le voir renoncer à son brassard.

Adebayor. Soit le footballeur togolais le mieux côté du pays, qui a suffisamment prouvé sa capacité à accumuler les frasques… dans sa vie professionnelle et personnelle. De quoi contribuer à faire de lui l’esprit mauvais qui dérange l’unité de l’équipe nationale. Il faut l’écarter !

Vie professionnelle

Joueur de talent, Adebayor est connu pour changer de club comme on change de maillot… Enfin, ça c’était quand il était encore dans le viseur des clubs français et anglais.

Le brillant attaquant est aussi meneur de fronde au sein de l’équipe nationale. Après avoir confié à RFI qu’Abalo Dosseh (l’ancien Capitaine de la sélection togolais) disait de lui qu’il était un « trahiteur », la tête de mule de Kodjoviakopé est devenu à son tour capitaine. Même s’il parle français comme une vache espagnole, on sait au moins qu’il ne mâche pas ses mots.

Chez les Éperviers comme dans beaucoup de sélections africaines, la question des primes de matches est épineuse. Adebayor Sheyi n’a pas le sens de la négociation. C’est le viking de service. Il monte ses camarades contre le staff de la FTF, mauvais payeur. En 2006, alors que toute une Nation jubilait à l’idée de voir son équipe participer pour la première fois à une coupe du monde, Adebayor et ses coéquipiers se mettaient en grève en pleine compétition. Pas de primes, pas d’entraînement… et une élimination lamentable dès le premier tour.

Sous son aile, les Eperviers volent très bas. L’enfant pourri-gâté du football togolais, dans sa bourgeoisie pipi-caca aura tout râté comme responsable d’une équipe parce qu’il s’est vautré dans l’irresponsabilité… Irrespectueux envers le staff technique, occultant l’autorité de l’entraîneur, écouteurs aux oreilles.

Son seul dada, c’est de jouer au distributeur de billet de banque avec ses fans. C’est du puérilisme à l’état pur. Faut-il être Diego Morales avant d’avoir un peu de moral ? Ces qualités morales indispensable pour être un bon capitaine.

Vie personnelle

Tête de mule, mais aussi mulet d’or pour sa famille, Adebayor a préféré donner du poisson à ses frères et sœurs, au lieu de leur apprendre à pêcher. Ces derniers ne lui en seront jamais reconnaissants, préférant le lyncher verbalement sur les radios et dans la presse. Alors que ses performances sur les terrains régressent, l’homme se lance dans un grand déballage, lavant le linge sale sur Facebook et non dans l’intimité familiale. Shéyi qui n’est plus chéri par sa famille, dit vouloir parler de ses mésaventures pour que cela serve d’exemples aux autres. S’est-il demandé combien de familles togolaises ont un fils footballeur, millionnaire (ou milliardaire) jouant à l’étranger?

Le Ballon d’or africain raconte que ses frères l’ont déjà menacé avec un couteau sur sa gorge à son réveil, alors qu’il était encore à Monaco. Si son pied vaut de l’or, son sang vaudrait peut-être du diamant ?

Il parle beaucoup de son cadet, Rotimi qui lui a causé la honte de sa vie. Le jeune homme a de sérieux penchants kleptomanes. Il est fréquent que des choses disparaissent sur son passage et dans son entourage. Shéyi raconte que ce comportement lui vaudra d’être mésestimé par ses relations professionnelles auxquelles son petit-frère aurait dérobé plusieurs objets.

Suite aux révélations de son aîné, Adebayor Rotimi aurait tenté de se suicider. Mais c’est bien connu, quand on est fainéant, on ne se tue pas à la tâche. Le hasard ne fait pas bien les choses. Au moins s’il avait connu Nabilla, elle l’aurait bien aidé. Je doute qu’elle rate son coup de couteau, une deuxième fois.

Brassard ou pas Brassard ?

Bah, pas brassard ! Adebayor est en train de devenir le briscard du football togolais. Il avait du bon, du potentiel, mais il a des problèmes de famille qui le rendent psychologiquement instable. Son club en Angleterre (Tottenham) l’a mis sur la touche, la sélection nationale devrait s’inscrire dans le même ordre. L’heure est venu de se débarrasser des éternels revendicateurs-frondeurs qui n’ont aucun respect pour les sélectionneurs et les responsables du staff. Visiblement cela n’a rien donné! Les résultats de la sélection sont bien en deçà des attentes. Et pourtant ! Les caisses de l’Etat ont été saignées, nos minutes de communication surtaxées, des dons ont été faits pour quelques heures d’entraînement, beaucoup d’heures de dispute joueurs-fédération, le tout pour nous produire un football d’amateur sur fond d’improvisations.

Adebayor n’a pas les qualités d’un leader. Il est temps qu’il rende le brassard mal porté. Et s’il s’obstine à le garder, qu’on lui tranche le bras. Les janjawids du Soudan chôment et seraient ravis de reprendre du service. Le christ (Emmanuel est son nom) n’a t-il pas ordonné que l’on tranche le bras qui dérange ?

Partagez

Commentaires

fafa
Répondre

La tête du gars la ne tourne plus rond.
Donc, pas brassard

Eteh Komla ADZIMAHE
Répondre

hum, tu as le don de dire en deux phrases ce que je me suis échiner à dire avec tout un article