Le salaud repasse son Certificat d’études en rédaction

Le CEPD, c’est le Certificat d’Etudes du Premier Degré, précieux sésame donnant accès à la première année de collège au Togo. Pour cette année 2018, le sujet de rédaction s’est révélé quelque peu particulier, voire cocasse ou bien même animalier. On y demande notamment à un enfant d’aider son père à retrouver le mouton de la maison qui a subitement disparu. L’opinion générale en rit, certains s’en offusquent trouvant curieux qu’un tel sujet puisse être proposé à des élèves de CM2 en fin de cycle. Et comme ça m’amusait aussi, je me suis dit que j’allais faire une petite rédaction sur le sujet, à l’instar de la blogueuse de chic et parfois de choc, Benedicta. D’abord je vous  laisse le sujet en fac similé. Marrez-vous et on développe tout de suite après !

Sujet de rédaction CEPD – Lomé – Juillet 2018

Je reprends le sujet pour les flemmards (patience, patience, je vais finir par la faire cette rédaction, un peu plus bas, vous pourrez même me noter en commentaire et vous moquer de moi si vous savez (me) lire…).

Sujet :

Ton Papa est allé au marché et a ramené un mouton. Une semaine après le mouton sort de la maison et ne revient pas (il est perdu). Ton papa te demande de chercher ce mouton avec tes camarades. Décris ce mouton à tes camarades afin qu’ils t’aident à le retrouver.

Développement :

A quelques jours de la Tabaski, Papa avait acheté un mouton au marché qui sent mauvais là, appelé Gbossimé (en mina*, marché des moutons). Il nous a dit de bien lui donner à manger pour qu’il soit bien gras pour la fête de Tabaski.

Bizarrement à deux jours de la fête, le mouton a refusé de manger. Quand on regardait même son visage, on dirait qu’il devenait de plus en plus triste. On aurait dit que le mouton est en grève. Sa tristesse m’inquiétait tellement qu’un soir, j’ai même rêvé que le mouton et moi on s’est parlé :

– Pourquoi tu es triste, lui ai-je demandé ?

– Parce que les voisins ont déjà acheté leur mouton pour la Tabaski et nous non.

C’est ce moment là que je compris. Le mouton se considérait comme un membre de notre famille. Il ne savait pas qu’il était lui même la viande qu’on devait manger dans deux jours. Un soir il disparu. Pendant plus d’une semaine, on le chercha.

J’ai demandé à tous mes camarades. Je leur ai dit que notre mouton avait un pelage gris, avec une barbichette au menton et des yeux très noirs. Il n’avait pas beaucoup de ventre parce qu’il ne mangeait plus depuis deux jours déjà.

Dans mes recherches j’ai rencontré mes camarades de classe barabas et master just. Je leur ai demandé : Tu l’as vu ? ils m’ont dit : Oui je l’ai vu ! Et quand j’ai demandé où est-ce qu’ils l’ont vu, ils ont commencé par danser en criant : Affairage ! façon dont je voulais les gifler ? Je ne sais pas ce qui m’a retenu.

D’autres même m’ont dit d’aller à l’Assemblée Nationale. Que dans notre pays, comme on appelle ça Assemblée Mouton, je peux retrouver mon mouton parmi ceux qui sont là bas. On m’a fatigué seulement.

La semaine passa sans qu’on ne retrouva notre mouton. Pour faire peur aux éventuels voleurs, j’ai menti à tout le monde dans notre quartier en disant que mon père allait voir le féticheur pour faire tomber la foudre sur la personne qui a volé notre mouton. Ce qu’on appelle communément le Heviesso dans notre tradition.

Quelle ne fut pas ma surprise alors de voir mon voisin le vendeur de brochette m’inviter à venir manger de la viande chez lui gratuitement. La viande était délicieuse et bien assaisonnée. C’est après avoir mangé et avoir partagé à mon petit frère et à ma soeur que le vendeur de brochette me rappela. Il m’avoua que c’est lui qui avait volé notre mouton, et qu’il l’avait même tué et cuisiné déjà. Il me dit aussi que j’ai mangé une partie et qu’il faut que j’aille arrêter mon père pour qu’il ne fasse pas descendre la foudre sur lui, sinon, je vais mourir aussi parce que moi aussi la viande du mouton disparu est dans mon ventre.

Je n’ai rien dit à mon papa parce que je sais que je leur avais tous menti dans le quartier, mais maintenant je connaissais le voleur de notre mouton. Mon père ramena un autre mouton le jour de la Tabaski que nous tuâmes sur le champ. Je ne regrette pas la perte du premier mouton car pour cette seule fête de tabaski, j’ai mangé deux fois du mouton.

The following two tabs change content below.
Eteh Komla ADZIMAHE
Le méchant qui se repose. Ecrivant à l'envi et par envie. Sujets où relever un peu de bêtise humaine. Retourner le fumier dans la terre pour obtenir de belles récoltes.
Eteh Komla ADZIMAHE Écrit par :

Le méchant qui se repose. Ecrivant à l'envi et par envie. Sujets où relever un peu de bêtise humaine. Retourner le fumier dans la terre pour obtenir de belles récoltes.

10 Comments

  1. Eléonore
    20 juillet 2018
    Reply

    Passable. Bref description du mouton 5/10

    • Eteh Komla ADZIMAHE
      8 août 2018
      Reply

      Je suis allé chercher la croix qui fait peur aux vampires pour crier en ta présence: Arrière éléonore. Mais non, je t’adore même quand tu me donnes zéro. Heureusement que ce n’est pas pour d’autres performances qui _ allez disons le _ ne t’ont pas été rapportées. En toute honnêteté…

  2. 20 juillet 2018
    Reply

    ☼Salaud, tu es vraiment lumineux. Oh quelle rédaction! Justement, j’écoutais la chanson♫ #affairage de Toofan en lisant ta copie. ► « Dans mes recherches j’ai rencontré mes camarades de classe barabas et master just. Je leur ai demandé : Tu l’as vu ? ils m’ont dit : Oui je l’ai vu ! »◄ Cette phrase m’a fait marrer beaucoup. C’est cool. Je te donne 19/20 pour cette rédaction. ☺C’est sans rancune. Le 1/20 restant-là c’est pour moi quoi. One ♥

    • Eteh Komla ADZIMAHE
      8 août 2018
      Reply

      Tu es la preuve qu’il y a encore des gens qui savent reconnaître le génie dans la saloperie. Ou que même dans le fumier qui sent mauvais se trouve le meilleur engrais pour les récoltes. Merci cher professeur. Je crois pouvoir faire encadrer désormais ma copie ! 😆

  3. Daniel
    20 juillet 2018
    Reply

    Très bien inspiré. Bravo.
    Cette situation relève la paurosité de notre système éducatif

    • Eteh Komla ADZIMAHE
      8 août 2018
      Reply

      je ne te le fais pas dire, on a besoin de filtrer le corps éducatif au passoire. En même temps, il faut se demander ce qu’il nous resterait. N’est-ce pas ?

  4. John Zidah
    20 juillet 2018
    Reply

    Damn!

    Sur ce devoir, je crois que tu t’es surpassé en saloperie. J’espère seulement que tu pourras avoir la moyenne.

    • Eteh Komla ADZIMAHE
      8 août 2018
      Reply

      je ne sais pas quelle vertu céleste je dois remercier que tu n’aies pas été mon professeur n’est-ce pas ? sacrifice du mouton de remerciement, demain, dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne

  5. Yayra
    26 juillet 2018
    Reply

    Grave.. mdr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *