Le noir est sur le marché, il est à vendre…

Et si vous ne le saviez pas ? souffrez de l’apprendre !

Nous vivons tout de même dans un monde de faux-culs hein ! un reportage de CNN sur une vente aux enchères de noirs en Libye et on entend les « oh mon dieu », « c’est révoltant » « c’est la faute des dirigeants africains dictateurs », « c’est la faute de l’Union Européenne » ?

Foutaises ! Je sais pas pour vous mais, quand vous remontez dans l’histoire, le noir était de toute façon le mec mal barré qui n’a jamais rien fait pour s’en sortir côté asservissement et soumission. Aux Etats-Unis, durant la fameuse époque de la ségrégation, on glosait déjà sur une malédiction biblique: Noé, architecte d’arche a maudit Cham, son seul fils à la peau noire qui a commis le péché pas très original, ni originel d’ailleurs, de regarder son père dans toute sa nudité (tenue d’adan de rigueur). Le vieux avait un peu forcé sur la bouteille le jour-là, lit-on dans les colonnes du premier livre imprimé au monde. Et c’est de là, le noir a été condamné à être la lie de l’humanité. Bon ok, dans l’Egypte ancienne on aurait fait des choses grandioses mais (allez chercher l’histoire) puis on serait devenu les Ewés qui ont tout perdu…

Mais surtout, que cela ne vous écarte pas du fait que l’esclavage a été la plus belle chaîne que le noir a fait porter à son semblable noir. Au moyen-âge déjà, les grands empires africains se répandant en guerres sanglantes amassaient le long du chemin de conquête, de la ressource humaine qu’ils considéraient comme une richesse. Nos conquérants africains étaient tout à la fois : DRH, managers d’entreprises dont la matière première était l’esclave. Au huitième siècle d’ailleurs les arabes ont ajouté leur grain de sel en exportant des millions de noirs en Orient; là encore, le trafic leur a bien réussit, on raconte que ça les a enrichit nommément. Je ne vous dis pas le plaisir qu’ont pris jusqu’au 19ème siècle les habitants de nos côtes africaines, à vendre leurs semblables à l’européen. « Nos ancêtres aussi ! ils étaient trop gaou, le blanc vous donne un miroir, vous vendez tout le village » – dixit, le grand sage africain Petit Yodé. Le plus drôle, c’est qu’on vendait tellement de nègres sur les côtes africaines que la reine d’Angleterre et autres dirigeants européens sont eux-mêmes venus nous supplier à un moment d’arrêter… sinon, je vous jure qu’on aurait continué aujourd’hui n’est-ce pas ?

Ah j’oubliais, en fait on a continué !!! Aujourd’hui, on a bien des petits esclaves dans nos maisons en Afrique non ? Ce système assez terrible dans lequel contre une petite commission perçue, une petite agence vous livre   à la maison une domestique extraite d’un village, qui s’occupe du nettoyage de la maison, de la cuisine et des enfants, contre gîte, couvert et un peu d’argent de poche par mois ! Le système marche tellement bien qu’on a commencé par livrer il y a une belle paire d’années, des pays au moyen-orient (encore!) comme le liban, et même parfois l’Arabie Saoudite (demandez aux ambassades du Togo dans ces pays là).

Et puis la Mauritanie, aaaaaaaah la Mauritanie conservatrice où l’esclave se vend, se loue, s’échange, etc… avec option droit de vie et de mort sur ce dernier, de toute façon il appartient à celui qui l’a acheté : Usus, frutus, abusus (d’en user, d’en retirer le fruit, et même d’en abuser)!

En fait, il y a rien de nouveau sous notre foutu ciel bleu. L’Union Européenne a dit aux libyens, « franchement les gars, renvoyez les migrants noirs chez eux, on peut plus les accueillir; les libyens se sont dis « ok les mecs, et si on les vendait, de toute façon ils gagnent au change puisqu’ils iront en Europe, après avoir été vendus« . Et voilà, le monde entier est choqué comme si les libyens venaient de réinventer la roue.

Et comme en Afrique on cherche toujours à rejeter la faute sur l’Union Européenne estampillée pilleuse de ressources, et sur les dictateurs africains complices, les mêmes raisons bêtes vont refaire le tour des médias et dans quelques semaines, tout le monde aura oublié !

 

The following two tabs change content below.
Eteh Komla ADZIMAHE
Le méchant qui se repose. Ecrivant à l'envi et par envie. Sujets où relever un peu de bêtise humaine. Retourner le fumier dans la terre pour obtenir de belles récoltes.
Eteh Komla ADZIMAHE

Derniers articles parEteh Komla ADZIMAHE (voir tous)

Eteh Komla ADZIMAHE Écrit par :

Le méchant qui se repose. Ecrivant à l'envi et par envie. Sujets où relever un peu de bêtise humaine. Retourner le fumier dans la terre pour obtenir de belles récoltes.

7 Comments

  1. 20 novembre 2017
    Reply

    Tres tres tres belle analyse.
    Je ne vois nullement pas non plus l’interet d’en faire un plat et de reposer la faute du sort de ceux qui « auraient choisi » d’abandonner leur bled pour s aventurer ailleurs et se voir confronter à une quelcpnque « pseudo exploitation » qui n’a rien de particulier. Bon, bah… le buzz de CNN a pris.. il faut le reconnaitre, mais comme le dit le couvercle « (…)dans quelques semaines, tout le monde aura oublié. »

    • Eteh Komla ADZIMAHE
      21 novembre 2017
      Reply

      Parfois je lis certains commentaires comme un courrier des fans 😆

      Sinon, dire ici que tu as tout dit, ne serait que pure euphémisme, je vais même dire mieux : tu as dit en peu de mots ce que j’ai dit en tant de mots. La faute à mes maux?…

  2. Eli
    22 novembre 2017
    Reply

    Merci tô. Nous africains sommes hypocrites et avons cette facheuse tendance à toujours voir la responsabilité des autres dans les erreurs que nous commettons chaque fois. Nous avons une grande part de responsabilité dans tout ce qui nous arrive. Nous ferons un grand pas dans la résolution de tous nos maux quand nous aurons compris et intégré que le problème de l’Afrique, c’est l’africain!

    • Eteh Komla ADZIMAHE
      22 novembre 2017
      Reply

      bah tu vois, on est deux noirs de moins à ne plus être esclaves des idées reçues des autres.

  3. Ecclésiaste Deudjui
    4 décembre 2017
    Reply

    C’est super Eteh ! Je n’ai rien à rajouter car tu as presque fait le tour de la question. On fait semblant de s’indigner aujourd’hui mais dès demain on n’en parlera plus

    • Eteh Komla ADZIMAHE
      5 décembre 2017
      Reply

      on en parle déjà plus frère, les sujets autour de la mutzig ont changé… on pourra estimer en fonction de cela la valeur de l’esclave noir en lybie en termes de nombre de jours où il a été un sujet de discussion non ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *