Togo : on n’a pas fini de faire ch**r !

Tout le monde est tombé sur le panneau mais tout le monde n’est pas tombé dans le panneau. Lequel ?

THIS IS IT ! comme l’a dit Michael Jackson…

Bon regardez encore un peu la photo. Après « vous n’a qu’à s’asseoir on va discuter » – (nouchi, pidgin ivoirien).

1 -Qui a pris la photo ?

C’est peut-être l’une des rares fois au monde, où l’on se souciera du photographe derrière son objectif. Car on voit bien à l’œil nu (voire même les yeux fermés), à la taille et à la masse du paquet de pain d’épice expulsé par le joli derrière, que son propriétaire ne s’est pas gêné. En revanche, pour le photographe, cela n’a pas du tout été facile n’est-ce pas?  comment a t-il pu supporter l’odeur ? Combien l’a t-on payer ? Qui l’a encouragé ? Qui est le psychologue qui l’écoute ?

Rappelez-vous Freud, le philosophe pipi-caca qui a révolutionné la définition de la conscience humaine : l’enfant ne franchit le premier pas de la conscience qu’en se rendant compte que déféquer en public nuit à son milieu et à son entourage. C’est pour ça que tout le monde se cache pour le faire. Comme s’il allait commettre un deuxième péché originel.

Rappelez-vous outre mesure qu’il est difficile à un humain normalement constitué de se retourner pour observer sa bouse, sa fiente directement coulé de son fion dans la cuvette des toilettes. Personne ne veut regarder son propre caca. C’est un délit de faciès permanent. et ça arrive tout de suite après le péché originel sur la liste des péchés perpétuels. Sauf au Togo, où la population est forcée, opprimée même à fixer un panneau géant d’erreurs et d’horreur humaines.

2 – Qui a bien voulu chier dans le panneau ?

A voir la mouture brune si joliment empilé, je penche pour une fille plutôt sexy et bien faite. Elle est sexy. Et elle doit toujours couler du bronze en moulant et sculptant du bout de son gros intestin des oeuvres d’art comme ça. Au regard de la période que nous traversons, on pourrait penché pour des oeufs de pâques ? vous le savez non ? ces fameux oeufs en chocolat noir là…

La femme que j’espère jeune, est nue et accroupie. Elle est offerte par la position même qui la nivelle par le bas. Cela tient plus de la pornographie que de la sensibilisation. La plus belle paire de fesses nues qui vient de chier la plus belle crotte au monde. C’est pas la miss Togo qui a chié dans le panneau par hasard ?…  D’accord, ça vous fait sourire (ou sous-rire) mais ce genre de merde là, on le chie qu’une fois dans la vraie vie. Mais si t’es une canon comme la reine de la beauté togolaise, tu la chies tout le temps ! ou parfois tu moules même un truc en spirale montant, terminé par un as de pique. Remarquez, si on lui avait fait chier des dauphins, tout le monde serait en admiration devant ce panneau. Limite elle nous aurait pisser des arc-en-ciel que le panneau aurait traversé une année. Mais bon, comme l’idée était de faire une image choc…

3 – Qui en a eu l’idée ?

Et c’est là que tout se complique. Techniquement, on arrive à lire Croix-Rouge, apparemment un ministère et quelques ONGs. Seulement, question ! Laquelle de ces organisations est dirigée par un trisomique  ?  Qui parmi ces patrons de Ministère ou d’ONG a pu imaginer que montrer dans la même image, la merde et sa sexy créatrice  encourageraient les autres à cesser la pratique.

Qu’à cela ne tienne ! Depuis leurs bureaux cossus, les montreurs de femmes chieuses ont-ils jamais imaginer que les populations de Lomé s’adonnent surtout à ces oeuvres malsaines par manque de moyens sanitaires et d’infrastructures. Lomé comme beaucoup d’autres capitales africaines prend à certains endroits, des allures de zones rurales. Les fosses sceptiques y sont déjà remplis ou quasi inexistants. Les habitants n’ont qu’un seul choix; celui de se tourner vers la nature. Les exemples sont légions. Abové en allant vers Adéwui… Kodjoviakopé le long de la frontière d’avec le Ghana.

Alors si on veut en rire plutôt que d’en pleurer, imaginez le kif que ce serait d’habiter au Togo et de traverser la ligne de frontière pour aller au John* au Ghana. Mieux encore, t’as les pieds dans le Togo, mais tu ouvres ton trou de balle  juste derrière la ligne de frontière dans l’ancienne Gold Coast. Tu chies des pépites direct ! 😆 Vous imaginez la kiffance là ? En tout cas, je sens que l’une des plus grandes expressions de la démocratie se trouve dans le lâcher anarchique de déchets humains. Soulager la nature quand tu veux, ou tu veux.

Mais plus sérieusement !

Avant d’aller afficher un être humain, quelque soit sa condition dans cette position basse et humiliante; avant d’aller pointer le doigt accusateur sur le libre chieur, il faut penser à assainir les quartiers. Il ne s’agit pas de s’empresser dans un zèle malsain et pestilentiel,  à montrer aux yeux de tous qu’il y a des togolais qui soulagent la nature tout en faisant corps avec elle-même ! Même si le développement coûte encore plus cher quand il s’agit d’aider les gens démunis à s’asseoir sur un trône acceptable pour se laisser aller à leurs besoins les plus naturels. On ne pourra condamner la personne qui s’adonne à la défécation à l’air libre, que quand on se sera assuré qu’il avait les infrastructures et les moyens garantis dans son habitat pour le faire! et qu’il ne l’a pas fait.

Faut-il faire des panneaux grotesques pour sensibiliser ceux qui ne peuvent pas faire autrement ? Ou leur redonner un peu de dignité avec un énième programme de développement ? Quand de deux maux on n’arrive pas à choisir le moindre, c’est qu’on est incapable de travailler au bien-être des populations. On n’est pas la bonne personne à la bonne place. On est  seulement incompétent (un con pétant) ?

Cet avilissant panneau montre qu’au Togo on n’a pas fini de célébrer le culte de la nullité et des actions irréfléchies. Il devrait être retiré pour le bien de ceux qui ont soutenu cette action. Sinon cette image fécale leur collera à la peau jusqu’à la fin de leur vie. Ils risquent de ne plus être en odeur de sainteté avec le reste de leur corps professionnels.

Quand on ne peut pas voir au delà du panneau, on tombe dans le panneau.

*Aller au John : Expression anglo-saxonne pour dire « Aller aux toilettes »

The following two tabs change content below.
Eteh Komla ADZIMAHE
Le méchant qui se repose. Ecrivant à l'envi et par envie. Sujets où relever un peu de bêtise humaine. Retourner le fumier dans la terre pour obtenir de belles récoltes.
Eteh Komla ADZIMAHE

Derniers articles parEteh Komla ADZIMAHE (voir tous)

Eteh Komla ADZIMAHE Écrit par :

Le méchant qui se repose. Ecrivant à l'envi et par envie. Sujets où relever un peu de bêtise humaine. Retourner le fumier dans la terre pour obtenir de belles récoltes.

7 Comments

  1. Gondoinais @
    30 mars 2017
    Reply

    Bonjour Lumineux.
    Félicitation pour cette publication. Je pense que c’est exactement ces genres de réactions qui sont attendu de la population. Le choc, le dégout, l’indignation ressenti à la vue de cette affiche doit amener chaque togolais (du dernier des citoyens au Président de la République)en ce qui le concerne à prendre conscient du fait que cette pratique existe partout dans notre pays (même à Lomé comme tu l’as si bien décrit) et qu’enfin notre orgueil d’Homme nous amener à lutter contre cette pratique dégradent et ainsi éviter la mort de plusieurs personnes surtout des enfants.
    En Effet, en regardant cette affiche, j’ai eu la même réaction de choc et de dégout mais après, Je me suis posé des questions. Sommes-nous suffisamment conscient des impacts de cette pratique sur nous-même et sur le développement du Togo dans tous ses secteurs? Faut-il appliquer la politique de l’autruche et nier l’évidence pour laisser mourir nos enfants et salir notre dignité? Es-ce cette affiche qui nous dégrade le plus ou plutôt cette pratique que même nos ancêtres ont voulu bannir en inventant le plus grand insulte que nous connaissons « O du mi » (tu as mangé ton caca) ou en appelant Latrine ‘’Nu godo’’ (lieu caché).
    Mais et si on arrêtait tout———? Si on ne faisait rien et qu’on attendait tout du bon dieu ? Si nous laissons la défécation à l’aire Libre se propager ; Laissons les gens consommer leur propre caca sans le savoir et souiller davantage leur dignité ; Laissons les gens mourir et laissons les togolais pleurer leurs morts ?
    Bon !!!! Chacun à son opinion à faire par rapport à cette piqure de rappel que nous fait cette affiche même si elle heure nos sensibilité. De toutes les façons, je me sens concerné même si j’ai une latrine chez moi ; Puis que je partage mes repas avec les mouches que je n’invite portant pas. C’est après tout une démarche individuelle comme le suggère l’affiche  »Je m’engage » et toi?

    • Eteh Komla ADZIMAHE
      1 avril 2017
      Reply

      Bonjour Gondoinais,
      Et Merci pour ce commentaire qui, même s’il va à l’encontre de mon point de vue, demeure respectueux. Et ceci malgré le ton violent et sarcastique de l’article.
      Que voulez vous ? je suis un salaud.
      Mais je reste fortement attaché à cet avis clair et précis que je donne dans le billet. Ce panneau n’a pas sa place dans la ville de Lomé, ni dans aucune autre
      ville du Togo d’ailleurs. La cause qu’il défend est certes noble, mais l’image qu’il porte quelque soit le choc qu’il est censé provoqué pour pousser les populations
      à changer, est absolument et proprement rabaissante.
      Oui il faut sauver les enfants ! Mais la réflexion n’a pas été profondément menée. Un poète latin disait : Heureux celui qui connaît la cause profonde des choses. ET
      c’est l’un des maux de l’Afrique. On ne résout pas les problèmes. On cherche à les déplacer. Comment avez-vous pu penser un seul instant que les gens vont déféquer
      à l’air libre parce qu’ils sont heureux de le faire. Personne n’est heureux de faire cela. A chaque fois qu’ils ont la chance de disposer d’infrastructures propres à eux comme
      vos latrines par exemple, on aura des chieurs à l’air libre en moins dans ce pays. Et puis vous oubliez grandement que ce n’est pas le tout Lomé qui s’adonne à cette bassesse !
      C’est surtout et fondamentalement les quartiers dépourvus de sanitaires. Je peux vous les montrer si vous faites semblant de ne pas les voir. J’en traverse quelques uns à moto
      en allant au bureau tous les matins. Rien qu’à voir la devanture, on imagine le délabrement sanitaire de l’habitation.
      Je suis désolé, mais il faut repenser ce problème autrement. Vous voulez que les gens arrêtent d’aller déféquer à l’air libre ? Il faut penser à un projet de développement pour
      ces zones en perpétuel sinistre. Il faut aller vers les habitants, les écouter, leur demander comment ils peuvent se faire aider. On est ici Togolais sans rien faire, et des
      gens viennent d’europe pour travailler sur une nouvelle architecture avec une imprimante 3D et des bâtisseurs tamberma. Demandez à rencontrer les membres du WOELAB, ils vous
      raconteront.
      Non Cher Gondoinais, ici comme dans beaucoup de projets en Afrique, la solution facile a été choisie. Faire un panneau pour interdire qu’on ailler déféquer à l’air libre. C’est
      proprement insuffisant. Il faut aller au fond du problème, se renseigner, écouter, laisser les gens vous poser leurs problèmes clairement. Ensuite vous chercherez les causes
      puis la solution. Si en tant qu’intellectuel, la démarche PROBLEME CAUSE SOLUTION vous échappe, c’est inquiétant pour notre pays.
      En attendant, les enfants mourront encore et encore. Le panneau ne servira à rien. Si vous trouvez des cadavres d’enfants, allez les acrrocher aux cous de nos dirigeants.
      Ils peuvent tout nous dire, tout nous expliquer sur le travail qu’ils abattent. Le fait est qu’ils ont échoué dans ces quartiers. S’ils s’en offusquent, ce n’est pas mon problème,
      je ne leur ai rien demandé, surtout pas d’aller occuper un poste pour diriger des hommes. Ils en supporteront les conséquences morales, c’est leur sacerdoce à eux!

      Je suis désolé si j’ai été un peu dur dans mes propos, mais de vous à moi, je pense que nous sommes des hommes simples et que nous pouvons nous dire des choses sans détour, par souci
      d’efficacité.

      Encore merci pour votre commentaire.

  2. Gondouanais @
    1 avril 2017
    Reply

    Bonjour lumineux
    Merci pour ta réponse et l’opportunité que tu offres de poursuivre ce débat intéressant autour de cette affiche qui t’a apparemment bien ‘’Déclenché’’. J’aimerai cette fois ci partager ceci avec toi. Pendant plusieurs années, les ONG, les organisations de la société civiles, les gouvernements à travers le monde et dans notre, ont investis dans la subvention des latrines pour accompagner les communautés des même que dans des projets ‘’sensibilisation’’ de la population.
    Résultat !!!! des milliers de latrines abandonnés, mal entretenues, transformé en grenier pire certaines personne laissent le trou de défécation et chient ailleurs dans la cabine. Malheureusement je ne peu pas mettre les images dans un commentaire. Pendant ce temps, 4.000.000 de togolais continue par déféquer à l’aire libre.
    Solution : il faut changer d’approche, communiquer autrement et mettre la communauté face à ses responsabilités. L’Assainissement n’est plus l’affaire des autres pour soi mais de tous et de chacun. Fini les sensibilisations place au déclenchement. Cette approche nouvelle c’est l’Assainissement Totale Piloté par la Communauté (ATPC) que je t’invite à découvrir (plusieurs site en parle).
    Au Togo, cette approche a déjà permis d’amener 500 villages à mettre fin de la défécation à l’aire libre c’est-à-dire que la population de ces villages ont construit eux même sans aucune aide extérieur plus de 36.000 latrines et ceci en moins de 03 ans pour le bien de 309.000 personnes. Ceci se passe au Togo parce que ces hommes et ses femmes ont été ‘’Déclenché’’ comme toi et ont refuse l’inertie face à ce problème. Résultat, à chacun sa latrine et on en est fière.

    Pour finir, si on n’a pas encore les moyens ou pas encore pris la décision de construire une latrine, prière opté pour la méthode du Chat si l’envie nous viens d’aller se soulager. Ça ne coûte rien mais contribue énormément à réduite les désagréments.
    Merci encore une fois Lumineux.

    • Eteh Komla ADZIMAHE
      1 avril 2017
      Reply

      Je suis peut-être l’un des premiers soutiens du gouvernement et de ses actions. Edem Kodjo a dit dans un de ses livres (je sais plus lequel) que « de tout ce que la politique pouvait être amenée à faire de mal, elle le devait au diable par excellence ». Moi je veux à chaque fois applaudir le gouvernement quand je lis les communiqués sanctionnant un conseil des ministres publiés sur le site de Togo Presse (là encore une initiative louable). Tout ça est mignon (comme on dit ici entre blogueurs). Mais mais… il reste que je suis persuadé qu’il y a quelque chose qui a été râté quelque part dans cette affaire de latrines publiques ou privées, je sais plus. Et qui vous a conduit à choisir la solution extrême et trop facile qui est de placarder une personne faisant ses besoins. Soyons honnêtes. Si vous construisez des latrines et que vous ne faites pas de suivi, ces latrines deviennent des éléphants blancs. On est togolais, on se connait. Construire ça et ne pas faire de suivi est comme construire la CIMAO et la fermer moins d’un an après (c’est les togolaiseries hein frère). Je ne te raconte pas l’histoire de latrines construites à BAFILO. Les populations ont attendu que ça finisse et ont dit ensuite qu’elles ne les utiliseraient jamais parce que les ouvertures des latrines (les portes) sont tournées vers l’est. La direction dans laquelle se met le musulman pour prier. Les deux actions étant incompatibles, les latrines sont restées. On se connaît dans ce pays. C’est déjà bien que des actions aient été faites. Mais avez-vous mis à contribution les CDV et les CDQ pour qu’ils mettent au pas les habitants afin qu’ils prennent soin de ce qui est censé les mettre à l’abri de la maladie. Je n’ai jamais travaillé pour un projet de développement, mais je lis des choses, j’entends des choses. Et immanquablement (tous mes camarades blogueurs vous diront la même chose), même si on doit reconnaître vos efforts, et on le reconnaît, quelque chose a manqué, et c’est ça qui a conduit à cette extrémité qui défigure le quartier où il a été planté.

  3. Gondouanais @
    1 avril 2017
    Reply

    C’est vrai. Chacun doit se remettre en cause : responsable d’ONG, gouvernement, partenaire au développement, citoyen, artistes, commerçant, journalistes et même blogueur. Chacun à un rôle à jouer dans ce combat. La question qu’on se pose difficilement est : quelle est ma responsabilité dans cette situation ? au mieux, que doit je faire à mon niveau pour contribuer à l’amélioration de cette situation ?
    J’ai été très honoré d’avoir eu ce débat avec un grand blogueur comme toi. A nous de jouer notre partition car aussi modeste que cela pourrai paraître, ce sera une grande contribution pour la fin de la défécation à l’aire libre au Togo.
    Merci et à la prochaine sur d’autres thématique sur l’assainissement comme par exemple ‘’la lutte contre le pipi dans les rue ou l’exhibition du sexe en pleine rue à Lomé’’ .

    • Eteh Komla ADZIMAHE
      1 avril 2017
      Reply

      C’est un plaisir également. Après tout, on essaiera de faire notre part. Déjà que je n’ai pas envie de m’étendre sur un sujet à déféquer 😆 Nous voulons que cette affiche soit retiré pour la convenance générale. Mais bon, après, si dans six mois, un an, elle est encore là, et que les excréments jonchent les espaces libres, vous comprendrez peut-être que cela n’aura pas servi à grand chose. En tout cas, nous attendons de voir.

      D’ailleus, oui, la lutte contre le fait d’uriner en pleine rue. Tout ça c’est une question de développement et d’infrastructure. A Paris, comme dans beaucoup de villes européennes, on ne pisse pas en pleine rue. On rentre dans un café, on paie 2 euros pour avoir un café, ensuite on rentre dans les toilettes pour pisser. Ici, il n’y a pas de café, ou les café n’ont pas de toilettes. Vous voyez jusqu’à quel point on est mal barré. Nos rues vont souffrir en attendant. On n’a pas d’argent ou bien…

      Enfin bref, encore merci et à un de ces 4

  4. 2 avril 2017
    Reply

    bon bah disons que moi je lis mon salop dans sa bêtise humaine pour parfois donner un air joyeux à mon humeur,vu les drôles de billets qu’il nous balance.mais la faut croire que je me suis à la foi marrer partant du fait qu’il ne s’agit pas la de la bêtise humaine mais de la réalité que relève cette bêtise.c’est chiant de nous faire chier avec des panneaux chieurs dans une ville qui déjà devient assez chiante.enfin bref mon mal est que ces abrutis si je ne m’abuse qui ont avec un air de fierté exposés ce machin au grand public n’ont pas fait mine de réfléchir bien avant.de toute façon va bien falloir se faire des sous en dessous des sous du contribuable qui d’abord je ne sais à quoi il contribue….le dit on souvent LOME LA BELLE DEVENU LA POUBELLE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *