Bob Marley chanvré… euh pardon… chambré par le Salaud Lumineux

Même si je prèfère le vin d’ici à l’au-delà, il a bien fallu que j’y risque un oeil, grâce à la voie tracée par l’ex-chroniqueur Canal+ Stephane De Groodt, Histoire de  rencontrer un illustre disparu (dans une fumée verte?) Bob Marley Onze mai-nième du nom…

L’homme visiblement n’a pas changé. Réflexion en apparence bien enfumées mais à bien y penser, très sensées. Et une fois qu’on arrive à prendre la discussion par le bon bout, (du joint?) ce n’est que du régal.

Il me raconte par exemple son arrivée au Paradis, juste après sa mort, des suites d’une infection, une blessure au pied faite au foot et mal soignée. Quand Saint-Pierre l’accueille au portail et qu’il lui demande comment il allait. Bob Marley lui répond : « C’est le Pied » ! L’apôtre du christ le laisse passer perplexe. Le rasta paradise m’avoue qu’il aurait bien voulu mourir comme le christ, un soir après un dîner avec ses musiciens, leur partageant chacun un joint, « Tenez fumez, ceci est mon corps », et un peu de poudre « tenez, sniffez, ceci est mon sang »…

Nous abordâmes alors son rapport au cannabis. Pourquoi s’y est-il autant exercé. Son voisin, me confit-il, était cubain et s’appelait Juan Maria. Bob était un peu jaloux de son jardin puisque comme le dit l’adage, l’herbe est toujours plus verte dans le chanvre… pardon, dans le champ du voisin. Il eut pourtant l’honnêteté (toujours rester honnête, ça vous apporte beaucoup insiste-il) de lui demander un jour son secret. Juan Maria lui présenta alors ses jolis plants de cannabis, ce qui devint plus tard la MariJuana. Bob Marley aimait d’ailleurs surnommer Juan, son Ad-joint. Depuis cette époque, entre lui et son pote Juan Maria, inventeur de la Marijuana, il n’y  avait même pas l’épaisseur d’un papier de cigarette. C’est d’ailleurs grâce à eux deux que la Jamaïque eut une bonne politique environnementale, au vu de l’étendu de l’espace vert, cultivée jusque dans les chambres et dont la végétation était essentiellement constituée de plants de cannabis. Ils trainaient avec d’autres potes du quartier, avaient leur propre gang… le gang de Dieu, ou encore gang jah. C’est pourquoi le posse du quartier avait décidé d’appeler la fumette le gandja ? demandai-je à Bob. Oui, c’est le gang de Jah, Jah Rastaforaye.

L’interrogeant sur sa femme Rita Marley, il m’expliqua pourquoi beaucoup de chanteurs avant lui et après lui (Fela Kuti, Ray Charles, etc) aimaient épouser une de leurs choristes. C’est pour qu’on puisse s’entraîner au micro dans l’intimité de la chambre à coucher, le soir, et uniquement avec les attributs dont la nature nous a gâté. Rita comprit ses initiales BOB :  Bite Originale Bandée…

Bob Marley, une larme à l’oeil, regrette de ne pas avoir eu de carrière politique durant son passage sur terre. Sinon, pense-t-il, il aurait changé la journée de l’arbre en journée de l’herbe, afin que chacun célèbre le premier juin (ou le premier joint) en grandeur nature. D’ailleurs me confie-t-il avec une pointe de regret, petit, il avait toujours dit que plus tard, il ferait Herboriste. La botanique c’était son truc, surtout la botanique enroulée dans du papier. Il aurait été même pour le mariage pour tous, m’avoua t-il. L’un de ses meilleurs musiciens avec lequel il jouait en concert s’appelait Ray et était Gay. Comme on le surnommait sans complexe, Ray The Gay, il donna plus tard son nom à la musique qui devint le Reggae. Pour des questions de convenance, on changea l’orthographe à l’époque pour cacher les véritables origines du mot.

Qui est son meilleur pote au Paradis actuellement ? Mozart répondit-il sans hésiter. Faut pas faire l’étonné man… Je lui ai fait découvrir le Reggae, je lui ai dit que c’est de la musique de chanvre, il a adoré man… (il porte un pan de sa chemise blanche à son nez et sniffe. « ça a la même couleur que la poudre, ça me manque » Resniffe…).

Il commençait par se faire tard. Il me confie ses derniers regrets parmi lesquels, le fait de n’avoir pas été incinéré. Mais vous êtes fous Mr Marley! je le regardais, horrifié. Avec tous les pétards qui sont passés dans son corps, il aurait obtenu au mieux un feu d’artifice, au pire une explosion du crématorium. Et au vu du nombre de rastas long hair présents à ses funérailles, il y avait de quoi accélérer la combustion. Un incendie dans une fabrique de mèches ne ferait pas mieux. Il hocha la tête. Allez ! faut que j’y aille, j’ai classe de chanvre (classe de chant?) tout à l’heure… George Clooney doit apporter les Nespresso…

Vous n’auriez pas un dernier conseil pour moi, juste comme ça, demandai-je une dernière fois.

« Pour vivre heureux, Plante, cultive, récolte, transforme, roule et fume »… Pas besoin de longs cheveux pour être rasta ! Yeah man…

The following two tabs change content below.
Eteh Komla ADZIMAHE
Le méchant qui se repose. Ecrivant à l'envi et par envie. Sujets où relever un peu de bêtise humaine. Retourner le fumier dans la terre pour obtenir de belles récoltes.
Eteh Komla ADZIMAHE Écrit par :

Le méchant qui se repose. Ecrivant à l'envi et par envie. Sujets où relever un peu de bêtise humaine. Retourner le fumier dans la terre pour obtenir de belles récoltes.

7 Comments

  1. Tpirakc
    12 mai 2015
    Reply

    Bah le conseil pour la route est aussi valable pour une voiture.
    S’il te plaît salaud-joint-au-bout, un voyage au paradis ça coûte combien? J’ambitionne de faire une interview à Lucky Dube. C’est pr m’assurer qu’il y est bien arrivé aussi puisque tu ne semble pas l’y avoir vu.

    • Le truc au paradis, c’est que le délai pour utiliser le billet retour est non-négociable. Donc j’avais pas le temps de voir tout le monde, … on y retourne ensemble la prochaine fois… c’est quand l’anniversaire de la mort de Lucky Dube déjà ? lol Il a chanté « Different colours » et il s’est fait tué par un mec qui avait la même couleur que lui, pfff (je commence déjà par le chanvrer. raaaaaaaaah… je veux dire, le chambrer).

      • Tpirakc
        14 mai 2015
        Reply

        18 octobre 2007
        Ça fait même déjà une éternité.
        Il fera dix ans de paradise l’an surprochain. J’espère d’ici là j’aurai grandi et acquis l’utilisation du moyen de transport.
        Salaud-chambreur le livre c’est pour quand ma?

        • renaudoss
          16 mai 2015
          Reply

          Eh oooh, comment tu as tiré à fond sur la fumette mon gars!

          Mozart meilleur pote de Bob hein, j’aime. Sacrée virée chanvrée.

          Mais bon dis moi finalement, toi qui rencontre les grands grands ces derniers temps, s’il n’y a pas de fumette au paradis, en quoi c’est le paradis alors?

          • Eteh Komla ADZIMAHE
            16 mai 2015

            LOL disons que la fumette à la base, c’est pour atteindre le paradis, mais une fois que t’y arrive… bah t’en as plus besoin.

  2. djifanami
    17 mai 2015
    Reply

    Yeah man, nice! Sauf petite deception sur l’explication de sa relation avec Rita, et ses initiales. Et moi qui croyait en une belle et pure histoire d’amour et pas juste de convenance pour souffler au micro ;)…Vraiment sympa comme texte, bravo.

    • Qui a dit que ce n’était pas une belle et pure histoire d’amour. A la rasta bien sûr. et ça ajoute du piquant à la chose, sinon, elle aura « waiting in vain for his love » un des titres célèbres de Bob

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *